What if?

ENG:  What if I forgot to come back home?

Bleu sky, white sand, a pastis in my hands… Nope, it’s not a dream, it’s paradise ! Holidays, actually. « Enjoy your last day » whispers Darling in my ear. I bounce of the transat : What ? We’re already leaving tomorrow ? No way ! Not even did I have the time to tip my toes into the water and taste the sea salt on my lips that I already have to go back to work. « That’s life » says Darling.

What do you mean « That’s life »?!

I say no! I’m not Okay with this. If life is that way, I will change it. I will cancel our flight back, quit my job, kidnap our cat and Take up residence on the beach. « And what would you do with your days? » asks me Darling. I’d watch people bath, the cat laying out in the sun, the donut salesman hit on girls and listen to the children’s laughter while they’re building sandcastles. He laughs. Is he really questioning my seriousness?

Pffff

While feeling the sand making its way out through my toes, I feel sad about having to leave this place. One week is so beach 3short in the end. At least I had time to sun bath and finish my Sudoku book which was driving me crazy since last summer. I’m wondering what’s waiting for us at home. A job which will never allow me to evolve, a tempered weather, little poops in front of our building left behind by an old lady’s Chiwawa and a suspicious cat which vomits every morning bits of the green plants it eats the night before. What a dream…

Yeah, yeah…

But it’s true Brussels is nice during the summer. Yes the parks are splendid, the terraces are nicely crowded, the drinks are fresh. And Darling takes the time to cook dinner and set up the balcony’s table, have a nice walk with me or enjoy a nice long nap after work. The shops are more welcoming, diners among friends are replaced by late drinks far from touristic zones and we live and sleep with windows open. Plus, it will be time for the sales once I get back!

But…

I’d invent a new job with which everyone would have 300 days off per year and would have to go skiing or to the beach. School, jobs and any other hassles would go to hell ! We wouldn’t be doing anything on a daily basis, we would feed on things we’d find, we’d take care of one another and I would forbid any grumpy face all year round. The whole world would have to smile, constantly. Sadness and bitterness wouldn’t exist anymore. But it might be creepy having millions of people smiling as clowns. Especially when you know that smiling doesn’t suit everyone like Sheldon in TBBT… That’s when Darling gently reminds me that my world vision is close to the Walking Dead serie, but with zombies high on endorphins…

Yeah, well, I’ll have time to work on the idea of a better world during my flight back home. In the mean time, I’ll just enjoy my last Pastis !

 Share and follow me here

FR: Et si j’oubliais de rentrer ?

Un ciel bleu azur, du sable fin, un pastis entre les mains… Non ce n’est pas un rêve, c’est le paradis ! Plus précisément des vacances. « Profite bien de ton dernier jour » me sussure Darling à l’oreille. Les yeux gros comme des soucoupes, je me réveille d’un bon : Quoi ? On rentre déjà demain ? Impossible ! À peine ai-je eu le temps de tremper les pieds dans l’eau et de goûter le dépôt du sel marin sur mes lèvres qu’il faut déjà retourner bosser. « C’est la vie » me dit Darling.

Comment ça « c’est la vie » ?!

Et bien non. Je ne suis pas d’accord. Si la vie est comme ça, alors je vais la changer. J’annulerai notre retour chez nous, je quitterai mon boulot, je kidnapperai le chat pour élire domicile sur la plage. « Et que ferais-tu de tes journées ? » me demande l’Homme. Je regarderai les gens se baigner, le chat se prélasser au soleil, le vendeur de beignet draguer les filles, les enfants rires en faisant des chateaux de sables en profitant de la mer chaude. Il rigole. Il ne me prend pas au sérieux  ou quoi ?

Pffff

En sentant le sable entre mes orteils je me sens triste de devoir quitter cet endroit. C’est court une semaine, en fait. J’aurai au moins pris des couleurs et fini ma grille de mots casés qui me rendait dingue depuis l’année dernière. La moue chiffonée, je me demande ce qui nous attend à notre retour. Un boulot à l’évolution improbable, un temps mitigé, des petites crottes juste devant chez nous laissées par le Chiwawa d’une petite vieille de la rue et un chat qui passe une partie de sa vie à vomir des bouts de plantes vertes ingurgitées la veille. De quoi rêver…

Mouais mouais…

Mais c’est vrai qu’il fait bon à Bruxelles l’été. Oui les parcs sont splendides, les terrasses sont agréablement bondées, les boissons sont fraiches. Et Darling prend le temps de me cuisiner un diner sur la petite table du balcon, de faire une petite balade avec moi et les siestes crapuleuses augmentent durant cette période de l’année en rentrant du boulot. Les magasins semblent plus acceuillants, les diners entre copains sont remplacés par des verres en terrasses loin des touristes et on vit et dort avec les fenêtres ouvertes. Et en plus, ce sera les soldes au moment du retour !

N’empêche que…

J’inventerai bien un nouveau boulot où tout le monde aurait 300 jours de vacances par an, où aller à la montagne ou à la mer serait obligatoire. Au diable l’école, le beach 2boulot, les contraintes et contrariétés quotidiennes ! On ne ferait rien de la journée, on se nourrirait de choses et d’autres que l’on trouverait sur nos routes, on s’occuperait des uns des autres et je lancerai une interdiction de faire la tronche à l’année. Le monde entier serait obligé de sourire, constamment, débordant ainsi d’une joie incommensurable. Les malheurs, les aigreurs n’existeraient plus. Sauf que des millions de personnes qui sourient tels des clowns, ça pourrait faire peur. Ce serait même glauque d’autant plus qu’il y a des personnes à qui le sourire ne va pas comme Sheldon dans TBBT…  C’est alors que Darling me rappelle doucement que ma vision du monde se rapprocherait pas mal de The Walking Dead mais avec des zombies shootés aux endorphines…

Bon bah, j’aurai le temps de peaufiner mon idée sur un monde meilleur dans l’avion du retour à la maison. En attendant, je savoure mon dernier Pastis !

Suivez-moi ici

R.Mc

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 9299 to the field below: