Overbookée

Ah! Le temps de l’ennui est maintenant révolu! Fini les soirées de rencontre avec le 3ème genre. Place à cette nouvelle vie déjà bien remplie!

Car entre le boulot, les diners, les afterworks avec Coco, Nana et Lili sans compter les rendez-vous de catégorie « autre », ce n’est pas de tout repos. time 4D’ailleurs, lorsque je croise ma copine Clo dans la rue après un mois et demi de silence, elle me regarde, consternée: « Mais tu dors au moins? T’as l’air épuisé ». Voilà que mes semaines, remplies comme l’agenda d’un ministre cherchant de quoi nous emmerder avec une nouvelle réforme, se reflètent sur mon si doux visage. Enfin, doux… ça c’était avant! « Attention », me dit-elle l’air inquiet, « ma sœur n’arrêtait pas de courir partout elle aussi. À tel point qu’elle s’est fait un ulcère. » Un quoi?? Mes yeux s’arrondissent tandis que le signal d’alarme résonne dans ma tête.

Et si je levais un peu le pied? Darling m’en avait déjà parlé mais, pour une raison obscure, ses mots n’atteignaient pas mon cerveau. Moi, je veux bien me calmer avec toutes ces activités à répétitions mais comment faire? Parce qu’au fond, je les ressens comme une obligation. « Et boire un verre avec Riri, fifi et Loulou après le boulot, c’est une obligation? » Me demande l’Homme. Euh… à court d’arguments, je rejette alors le problème sur les copines (qui me le pardonneront). C’est vrai, il faut bien que je sois là pour panser leurs blessures de guerre, à savoir le célibat.

Bon, réfléchissons, ces soirée copines, pourquoi y vais-je au fond? Pour leur faire plaisir. Mais la question est de savoir si ça me fait plaisir à moi: oui et non. Parfois, je serai mieux à la maison avec Darling que d’écouter Lulu me parler de son dernier exploit au travail parmi une foule anonyme. Et les rendez-vous, je pourrai les espacer un peu plus, non? Non pas qu’ils ne soient pas important mais ils ne sont pas urgent. Et les diners chez les copines? Je pourrai peut-être les faire une fois sur deux. Ça me donnerait la possibilité de… de quoi au juste?

Car au fond, ne serait-ce pas là le problème? Ce que je pourrai faire si je n’avais plus toutes ces activités? C’est donc ça que ressentent les personnes au moment de la retraite? On y est: la peur de l’ennui. Et pour ma part, c’est la peur du Retour de l’ennui, celui que j’ai côtoyé pendant si longtemps. Il arrive que, parfois, on sache exactement ce que l’on ferait avec ne serait-ce qu’une soirée de libre. À l’image d’une personne qui joue au loto: toute sa vie, cette personne sait exactement ce qu’elle fera de tout l’argent gagné mais le jour J… Par où commencer?

Les premiers jours, j’embête Darling avec 10 000 idées à l’heure. Evidemment, n’ayant pas le même stock-footage-busy-city-street-with-people-walking-fast-time-lapse-with-vintage-effectrythme que moi, il ne peut pas comprendre toute cette frénésie. Je fais quoi alors? Je me calme, je ferme les yeux et prends une profonde inspiration. Par quoi ai-je envie de commencer? Par être avec lui car mon équilibre réside là comme dans beaucoup de couples. C’est vrai: si je passe plus de temps avec lui, j’en passe moins à me frustrer et me plaindre de ne pas en avoir, ce qui créait des tensions dans notre couple. Alors ce soir, comme tous les soirs depuis une semaine, je reste à la maison à m’occuper de moi: comme tricoter cette écharpe que j’ai en tête depuis trois ans (on est déterminé ou on ne l’est pas), manger ce fichu burger qui me fait de l’œil depuis des semaines au fastfood, regarder ce film en me faisait tripoter les pieds.

Bref, c’est tellement bon qu’à force d’avoir épuré toutes ces choses que je me contraignais à moi toute seule, j’en oublie cette autre vie qui me semble si lointaine…

Et le boulot, c’est possible de l’épurer…?

 R.Mc

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 8176 to the field below: