ONLY GOD FORGIVES

Le nom en lui-même fait déjà rêver. Après le succès de DRIVE que l’on doit au même réalisateur, Nicolas Winding Refn, on attend avec impatience la sortie de ce film: ONLY GOD FORGIVES. Mais c’est une téléchargement (1)déception qui nous prend à la gorge, tout droit sorti de nul part puisque c’est exactement où se situe ce film. L’histoire nous semble pourtant intéressante: « Julian en exil à Bangkok dirige un club de boxe thaïlandaise servant à des opérations de contrebande et au trafic de drogue. Son frère Billy se fait tuer ce qui pousse la mère des deux hommes à le venger, mais les choses ne feront qu’empirer« .

Jusqu’ici, tout va bien. Le jeu des acteurs est bon -merci Scott Thomas et Pansringarm- Mais c’est la lenteur qui ne convient pas. Autant l’effet apportait du cachet au film DRIVE, autant ici, il est quasiment inutile. Pourquoi torturer davantage des personnages déjà assez torturés? Et ces liens entre les personnages qui semblent aussi fragile que futile… Que ce soit entre les deux frères, entre Julian et sa mère ou même entre ce dernier et Maï. Evidemment, il est question de souffrance psychique. On comprend bien que le personnage de Julian a des choses à régler avec lui-même, ce qui l’empêche d’avancer sur le plan émotionnel. Mais à côté de cela, pourquoi l’Ange de la Vengeance se bat avec Julian pour ensuite, ne rien en faire si ce n’est s’en prendre à lui que plus tard? Et au fond, en y réfléchissant, le personnage de Julian n’est-il pas fade? L’acteur, Ryan Gosling, est bon, mais son personnage ne montre absolument aucune émotion et semble n’avoir aucun caractère. Il est comme dépersonnalisé.
Une grosse déception. Vivement le prochain film de Refn!

R.Mc

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 1241 to the field below: