LA DECISION

 

picAssise sur le pouf dans la chambre d’hôtel, Ava ne cessait de réfléchir, sa jambe tremblant nerveusement. Trop occupées à s’agiter autour d’elle, arrangeant sa robe, terminant les dernières retouches de maquillage, ses sœurs ne remarquaient rien. Elle mourrait d’envie de hurler. Son ventre, noué, lui envoyait signaux sur signaux, provoquant des renvois qu’elle s’efforçait de masquer. Son dos n’était que moiteur et ses pieds glissaient dans ses chaussures. Son cœur battait fort. Trop fort. Tout son être lui disait de fuir. Sa tête le lui hurlait, son ventre l’en suppliait. L’impression qu’elle risquait de se faire dessus provoqua des sueurs froides. Sa cadette le remarqua et fronça les sourcils, interrogeant Ava du regard tandis qu’elle tamponnant son visage avec un coton. En prenant une profonde inspiration, elle provoqua une violente hyperventilation.

  • Que t’arrive-t-il? S’écria sa cadette Anouchka.

Les deux sœurs l’amenèrent doucement sur le lit à baldaquin tout en dégageant au mieux sa robe de mariée pour éviter de l’abîmer. Elles lui caressèrent  les bras afin de préserver sa coiffure et son maquillage, lui répétant que tout allait bien se passer et qu’elle n’avait absolument aucune raison de s’inquiéter. Mais au fond, elle avait de quoi s’inquiéter. Choisir de parler et risquer de tout perdre ou continuer et être malheureuse toute sa vie. Elle se tordit violemment de douleur. Son ventre ne la lâchait pas. Pliée en deux dans le lit, Ava annonça :

  • Je ne peux pas.
  • C’est juste de la peur voyons, la rassura l’ainée.

Ava secoua la tête.

  • Mais je ne comprends pas, tu en rêves depuis des années de ce mariage. D’autant plus que tout est prêt, on n’attend plus que toi, insista Anita.

La tête lui tourna violemment. Elle avait l’impression de faire un malaise.

  • Hé ! Ava ! Cria Anouchka en donnant de petites claques à sa sœur.

Anita lui apporta un verre d’eau et lui souleva la tête pour l’aider à boire. Ses sœurs se lancèrent un regard.

  • C’est peut-être dû à la fatigue, tu as préparé ce mariage comme une folle pendant six mois. C’est un petit Burn-out, voilà tout, relança Anouchka.
  • En même temps, je lui avais dit de prendre une organisatrice… murmura l’ainée.
  • Penses à demain aux Maldives avec Lucas…

Ava se releva d’un bond et quitta le lit pour se pencher à la fenêtre sous les yeux médusés de ses sœurs. Une envie de vomir lui prit. Elle essaya de prendre de longues et lentes inspirations.

  • Vous avez raison, ça doit être dû au stress.

Anouchka quitta le lit à son tour et se rapprocha de sa grande sœur, posa ses mains sur ses épaules et la retourna vers elle.

  • Que se passe-t-il?

Ava la regarda droit dans les yeux, le regard humide, le visage crispé, elle secoua la tête. Comment leur expliquer que sa vie avait basculé en un regard? Elle se tint le ventre, impossible de rester debout plus longtemps. Elle se rallongea sur le lit. Pauvre Lucas.
window 7Il n’avait rien demandé. Pourtant, elle ne regrettait pas un seul instant. Mais l’idée de faire un choix, là, maintenant, tout de suite, lui donnait des renvois.

  • Ava, si tu veux que l’on comprenne, il faut nous parler, s’impatienta Anouchka.
  • Je ne pense pas que ce soit le moment d’en discuter, répondit sèchement Anita.

« S’il y a bien un moment pour en discuter, c’est maintenant!« . En regardant son ainée, elle eut une soudaine envie de la gifler. La gifler pour ne jamais l’avoir comprise, pour ne jamais l’avoir aimé.

  • Je crois que maintenant serait le bon moment, répondit-elle sur un ton calme.

Elle les regarda, hésitante. Maintenant qu’elle avait demandé d’en parler, il faudrait peut-être cracher le morceau. Elle savait qu’elle ne pourrait compter ni sur l’une, ni sur l’autre. Elles ne se ressemblaient que trop toutes deux. Battant trop vite, il lui semblait que son cœur manquait de lâcher. Sachant pertinemment que le sujet les choquerait, elle prit une profonde inspiration et débuta:

  • J’ai trompé Lucas et je crois que…
  • Tu ne vas pas tout foutre en l’air pour une histoire d’un soir! Lança froidement Anita, les lèvres pincées.

Ses sœurs la regardèrent avec un mélange de dédain et d’étonnement. Ava s’était attendu à se faire incendier, critiquer, insulter même. À tout sauf à ça. Comment pouvaient-elles la pousser à épouser Lucas juste pour faire bonne figure? Son cerveau tournait à toute allure et c’est là qu’elle comprit. Elle en mettait sa main à couper: c’était une question d’honneur. Quelle honte si l’on apprenait qu’elle laissait son fiancé seul devant l’autel.

  • Bon, tu es prête? Tout le monde t’attend. Dit Anita en se servant de l’eau.

Ava la fusilla du regard. Elle se leva et se tint debout devant sa sœur, l’air presque menaçant.

  • Comment peux-tu dire des choses pareilles? Demanda-t-elle la voix tremblante.

images (28)Les deux femmes la regardèrent avec un demi-sourire, presque amusées de la situation. Elle devrait quitter cette
pièce, là, tout de suite. Elle devrait les planter là avec leur sourire de pestes. Elle avait envie de tout envoyer en l’air, sa famille, son boulot, son appart’, son Alpha Roméo et surtout son fiancé. Mais avant de les planter là comme deux cruches à quelques minutes de la cérémonie, elle avait une envie folle de se montrer telle qu’elle était réellement. Plus de sourires en coin alors qu’elle avait envie de hurler, plus de rires lorsqu’elle avait envie de pleurer, plus de faux-semblants, plus de politesses. Non, juste elle et elle seule.

  • J’ai rencontré quelqu’un… commença-t-elle.
  • On peut savoir comment il s’appelle? Répondit Anita, moqueuse, en buvant une gorgée de son eau.

Et pour la première fois de la journée, Ava sourit. Elle les regarda avec toute la pitié du monde. Elles ne connaitront jamais ce qu’est le bonheur, le vrai.

  • Elle s’appelle Lucile…

Anita manqua de s’étrangler et se mit à tousser violemment, Anouchka lui tapant le dos, choquée. Ava ne s’était jamais sentie aussi libre et sûre d’elle lorsqu’elle quitta la pièce sans un regard en arrière.

 

R.Mc

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 5437 to the field below: