Je m’ennuie…

 EN

There are some moments in life where you just get bored…
Yep, it happens. Bored like a dead rat, pardon my French. Not much parties, less available friends…

Then I asked myself why. Why am I bored? Is it because of work? A lack of cerebral or physical activity? Or is it because my friends are too busy lately? What about Chéri? Well Chéri comes home late. While waiting for the return of the king, I have to stay busy. People keep telling me how good it feels to do nothing but it’s stronger than me: I can’t do nothing. First of all because I feel guilty of wasting this precious gift which is time, a real luxury nowadays! And second, I can’t manage to do nothing in normal time so if by any chance I drank coffee around 10 am, I’m doomed! Worse than a Marsupilami jumping everywhere, I need my activity dose, more physical than cerebral in the end since Sudoku and books just don’t do the trick. So what shall I do? Sport. I laugh: me doing sport? Have a drink. Alone?? Ok, what about shopping. Shops close early… Oh come on! Move it! Ok, all right

After a short fight which lasts an hour with my inner Me, I get the feeling that I need to create myself some opportunities. What? I have to provoke Mr Destiny! By going out more often. Go and see concerts, going to the restaurants, openings, movies etc. Yes but I would have to do this alone… Alone? Not really because these are the places where you meet new people and, as a chain, you meet more people through the latters. It’s not that complicated. Actually, it’s quite simple when you think about it.

First of all, you have to know there are two different categories in your contacts: your close friends and your friends. As an exemple, it could be a housewarming party, or a special 50’s party. Anyway, as long as you know at least one person, you’re safe. Well… not quite since you can’t glue yourself to that only person you know for the whole evening. But if this acquaintance can lead you into meeting other people, it’s nice, otherwise I watch on the girls side: Group of 2, talking about intimate stuff, too difficult to get in the conversation. Group of 3 or more, might be talking about things or people you don’t know but nothing keeps me from trying to fit with a first attempt. Otherwise, on the guy’s side: no matter their number, I can easily fit in the conversation by pretending I have an interest for politics, football or the last Almodovar movie. And if I get bored along the way, instead of putting my brain aside, I switch one my radar: I trace the solitaries.

By listening to Noémie-I-have-no-idea-who-she-is telling me about her boyfriend breaking up with her for obscure reasons and that she suspects he’s hitting on her sister for the last 20 minutes, I realize how much I miss the conversation about DSK with the guys. I’m looking for a way out but need to find a loophole between one sentence and another in the in the awkward monologue of Miss Noémie. cookies 3And that’s when the Woo Girls stroke. [Def Whoo Girls: endangered species -for our biggest pleasure-which is basically a group of girls a little tipsy screaming Whoo every time they hear a good news or just at every shot of vodka-caramel they take.] I take advantage of this warrior scream to interrupt our monologue (what else could it be) to go hide in the bathroom. In front of the mirror, I see myself as a warrior too. You can do it! No, I shall not go home and hate myself for spending such a boring evening. I get back on my feet and start looking for a new prey facing Miss Noémie’s quizzical look…

…After a few unsuccessful tries, my Inner Me begs me to go home, not bearing the thought of an ultimate humiliation. I approach the table in order to leave my empty plastic glass when a girl grabs a soda bottle right next to me. That’s when she starts a warm conversation. I decide to have another drink, perhaps the lucky one. She came with her boyfriend and doesn’t know anyone neither. As we get along, her boyfriend joins us. Not only do we have many things in common her and I but our boyfriends would really get along too. Before I realize, I take her phone number by the end of the evening to ask them out for a drink during the week.

When I get home, Chéri is sitting in the couch, exhausted by his hard day of work. Was your evening fun, Boo? Really fun! So, not only do you have to insiste to meet people but you meet them at an unexpected moment. Friendship is a bit like Love, isn’t it?

FR

Il y a des moments dans la vie où l’on s’ennuie…
Et oui, ça arrive. Il y a des moments où l’on s’ennuie comme un rat mort. Peu de sorties, peu de copines, un peu isolée…

Je me suis alors posé la question du pourquoi. Pourquoi m’ennuie-je? Est-ce dû au boulot? Par un manque d’activité cérébrale ou physique? Ou parce que les copines sont trop occupées ces derniers temps? Et Chouchou dans tout ça? Bah chouchou, il rentre tard. Et en attendant le retour du roi, je cherche à m’occuper. On a beau me dire que ça fait du bien de ne rien faire mais c’est plus fort que moi: je n’y arrive pas. Tout d’abord parce que je culpabilise d’avoir gaspillé ce cadeau précieux qu’est le temps, devenu un vrai luxe! Et ensuite, parce que j’ai dû mal à ne rien faire en tant normal mais pour peu que j’ai pris un café vers 10h, c’est foutu! Pire qu’un marsupilami qui saute partout, j’ai besoin de ma dose d’activité plus physique que cérébrale en fin de compte puisque le Sudoku et les bouquins ne suffisent pas dans ces moments-là. Alors je fais quoi? Du sport. Là je rigole. Je ne suis pas sportive pour un sou. Aller boire un verre. Toute seule?? Bon, faire du shopping. Les magasins ferment tôt… Roh aller, on se bouge! Ok, Ok…

Après une courte dispute qui dure une heure avec mon Moi, je comprends enfin qu’il faut que je me créé des opportunités. Hein? Il faut que je provoque un peu Mr Destin! En sortant plus. Prévoir des concerts, des sorties resto, ciné etc. Ouais mais c’est hors de question que je fasse ça seule… Seule? Pas vraiment parce que ce sont dans ces lieux que l’on Cookies 5rencontre de nouvelles personnes et, telle une chaine, on en rencontre de nouvelles par leur intermédiaire. Ce n’est pas si compliqué. C’est même simple en fait quand on y pense.

Tout d’abord, à noter qu’il y a deux sortes de catégories dans nos contacts: les amis et les connaissances. Prenons l’exemple d’une soirée: ça peut être une crémaillère, ou une soirée années 50’s. Bref, du moment que l’on connait ne serait-ce qu’une personne, on est sauvé. Enfin… pas tout à fait car on ne peut malheureusement pas coller cette seule connaissance toute la soirée. Si cette personne peut me présenter d’autres personnes, c’est cool, autrement je guette côté filles: Goupes de 2, c’est foutu, elles parlent de choses intimes. Groupes de trois ou +, elles parlent de choses ou de personnes que je ne connais pas mais rien ne m’empêche de m’incruster pour tenter une première approche. Sinon, du côté des mecs: Peu importe leur nombre, je peux facilement m’incruster dans la conversation feignant un intérêt pour la politique, le foot ou le dernier Almodovar. Et si la conversation ne m’intéresse pas, plutôt que de mettre mon cerveau en veille, j’allume mon radar: je repère les solitaires…

En écoutant Noémie-que-je-ne-connais-pas me raconter que son mec vient de la plaquer pour des raisons obscures et qu’elle le suspecte de faire du gringue à sa sœur pendant les 20 dernières minutes, je réalise à quel point la conversation DSK de tout à l’heure me manque. Je cherche alors une échappatoire mais encore faut-il que je trouve une seconde de battement entre une phrase et une autre dans le monologue infernal de Mlle Noémie. Et c’est là que les Whoo Girls entrent en jeu. [Def  Whoo Girls: espèce en voie de disparition -pour notre plus grand plaisir- qui se résume à un groupe de filles un peu éméchées criant Whoo à chaque bonne nouvelle, résolution ou tout simplement à chaque shot de vodka-caramel.] Je profite alors de leur cri de guerrière qui interrompt ma monologuiste pour m’éclipser poliment aux toilettes. Et là, devant le miroir, je me regarde telle une warrior, moi aussi. Tu peux le faire! Non, je ne rentrerai pas à la maison en me maudissant d’avoir passé une si mauvaise soirée. Je me remets en selle et cherche une nouvelle proie en évitant le regard interrogateur de Mlle Noémie…

… Après plusieurs essais infructueux, mon Moi me supplie de rentrer ne pouvant supporter l’idée de subir une ultime humiliation. Je m’approche alors de la table pour y déposer mon gobelet vide quand une fille attrape la bouteille de soda à côté de moi. C’est la qu’elle entame la conversation sur un ton ultra chaleureux. Je me ressers alors un verre. Celui de la chance… Venue avec son copain, elle m’avoue ne connaitre personne. De fil en aiguille, nous voilà en pleine conversation lorsque son copain nous rejoint un peu plus tard. Non seulement nous avons plein de points communs elle et moi, mais en plus son copain s’entendrait vraiment bien avec Chouchou. Ni une, ni deux, je prends son numéro de téléphone avant la fin de la soirée pour lui proposer d’aller boire un verre avec nos mecs dans la semaine.

En rentrant, Chouchou est déjà installé dans le canapé, crevé de sa grosse journée de labeur. Tu as passé une bonne soirée Chou? Très bonne même! Comme quoi, non seulement il faut insister un peu pour faire des rencontres, mais en plus elles arrivent lorsque l’on ne s’y attend pas. L’amitié, c’est un peu comme une histoire d’amour en fait.

R.Mc

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 thought on “Je m’ennuie…

  1. Plume rythmée , sujet choisi … J ai vraiment aimé cet article comme une balade des temps moderne …pertinent , malicieux et surtout très honnête … On ressent , avec une pointe d humour , un mal de société qui ne semble pas vouloir guerrir! Vive les fins heureuses , la votre est le début d’une série de belles prises en main ! Et certainement de nombreuses réussites !! You go girl …whoo !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For spam filtering purposes, please copy the number 6893 to the field below: