Como se dice?

ENG.

Did you ever feel the urge to be one with yourself? Yes, with yourself to start with… I must say I find it extremely difficult. At least, in your early twenties since Me, Myself and I don’t really know each other that much.

After two years of studies in a big city, there comes the urge to make a change. Well, actually it had been years but my studies got in the way. After three months of meditating, I decide to leave for Spain. I register on a website in order to become an Au Pair and find a lovely family near Granada, in Andalusia. But when I arrived there, I remained in the house for two days, unwilling to go outside. As a cat, I needed to get familiar with the house. I’ll see later for outside.

3rd day: there I am at the bus stop, ready to hit the city. But… Is it the right bus? How do you ask for that in Spanish? Well, 7 years studying Spanish don’t seem to do the trick after 3 years of abstinence. What made me believe I would be able to deepen my Spanish when I don’t even seem to have the basics? My heart is now pounding in my chest while the bus is arriving. I gibber with « o » and « a » at the end of each word showing the bus and pointing my map. The bus driver understands. What a relief! Beside, I understand his answer too. Proud! I’m finally going to explore the city which goes up and down. I even find myself in narrow streets a little lost. That’s where it hit me: I have to meet locals to get to know this city.

But how can I even meet them? I decently can’t stop people in the street and force them to guide me. So I start searching on the internet, where I found this website: conversastionexchange.com. What is it? I have a look and finally understand it’s a way to learn languages. Not as lessons but by meeting people. Especially locals. Intrigued, I create myself a profile on which I’m asked which language I can teach and which one I want to learn. Then, in which city I find myself. (Later, I will learn that Granada is the 1st Erasmus city in the World, so there’s a lot of foreigners).

Thursday afternoon, I have an appointment with my 1st « teacher » at La Plaza Isabel la Catolica. Juan Antonio seems lovely and really has the word « nice guy » written on his forehead. We start talking in English in order to decide where he’s going to take me, then we slowltéléchargement 1y change to Spanish and then to French. I did say « and » because this trilingual mix will determine our relationship up to our emails in which we right a whole sentence in three different languages… After this 1st meeting and this feeling of easiness, I decide to reiterate a few times a week with different people.

After three weeks and 250 « como se dice » later, verdict: my level of Spanish progressed. I feel more confident despite the mistakes and I speak faster and seem more at ease. The fact that I hear it myself is one thing, to hear people you talk to say it is another one. I then realise that my 7 years of Spanish at school never left me, I just needed to push the button ON.

So not only my level got better but I met incredible people with whom I kept in touch and see occasionally.

For multicultural encounters
conversationexchange.com
This free website will enable you to meet foreigners anywhere in order to learn a language and teach yours by having casual conversations via FB, Skype or even better: face to face!

Follow and Share here

FR.

Avez-vous déjà connu ce sentiment de ne vouloir faire qu’un avec soi-même? Oui avec soi-même pour commencer… J’ai remarqué que c’était quelque chose d’extrémement compliqué à faire. Du moins en début de vingtaine car Moi et Moi ne se connaissent pas très bien encore.

Après deux années d’études dans une grande ville, voilà que me prend l’envie de changer d’air. Enfin, ça fait des années que j’y pense mais les études me barraient le chemin évidemment. Au bout de trois mois, je décide de partir pour l’Espagne. Je m’inscris donc sur un site pour devenir fille au pair et trouve une famille formidable à côté de Granada, en Andalousie. Mais en arrivant, je reste cloitré dans la maison pendant deux jours, refusant de sortir. Comme un chat, il me faut m’habituer doucement à la maison. On verra plus tard pour dehors.

3e jour: me voici à l’arrêt du bus, prête à grimper en direction de la ville. Sauf que… Mais est-ce le bon bus? Comment ça se dit en espagnol? Et oui, 7 ans d’espagnol scolaire volatilisés après 3 années d’abstinence. Mais que m’est-il passé par la tête pour me croire capable d’approfondir mon espagnol dont je n’ai même plus les bases? Mon coeur se met à battre la chamade tandis que le bus s’arrête à ma hauteur. Je baragouine en ajoutant des « o » et des « a » à toutes les sauces en pointant le bus et le nom de la ville du doigt sur ma carte. Ouf, il a compris. D’ailleurs, c’est drôle, moi aussi j’ai compris ce qu’il me répondait. Fière! Je vais enfin pouvoir découvrir la ville qui monte et qui descend de partout. Je me retrouve même dans de 2048x2048petites rues, un peu perdue. C’est là que me vient l’idée de rencontrer des locaux pour mieux la découvrir cette belle ville.

Mais comment les rencontrer? Je ne peux décemment pas me mettre à arrêter les gens dans la rue en les forçant à me faire un tour guidé. Je me mets alors à chercher sur internet et me retrouve sur ce site: conversastionexchange.com. Qu’est-ce donc? Je me mets à parcourir le site et fini par comprendre que c’est un moyen pour apprendre des langues. Non pas sous le format de cours mais en rencontrant des gens. Notamment, des locaux. Intriguée, je me crée un profil où l’on me demande quelle langue je peux enseigner et quelle langue je souhaite apprendre. Ensuite, dans quelle ville je me trouve. (Plus tard j’apprendrais que Granada est la 1ère ville d’Erasmus sur le plan international, donc des étrangers, il n’y a que ça!)

Jeudi après-midi, rendez-vous avec mon 1er « prof » sur la Plaza Isabel la Catolica. Juan Antonio me semble adorable, il a vraiment le mot « gentil » collé à son front. On discute tout d’abord en anglais pour décider de ce que l’on va voir puis nous bifurquons doucement en Espagnol et en Français. Je dis bien « et » car ce mélange trilingue s’inscrira dans notre relation jusque dans nos mails où l’on peut lire ces trois langues dans une même phrase… Après cette première rencontre et ce sentiment de facilité, je me décide de faire ça plusieurs fois par semaine avec différentes personnes.

Après trois semaines et plus de 250 « Como se dice », verdict: mon niveau d’espagnol a augmenté. Je suis plus confiante malgré les fautes et je parle plus aisément, plus rapidement. Que je l’entende est une chose, que mes interlocuteurs me le disent en est une autre. Je me rends compte que ces 7 années d’espagnol scolaire ne se sont pas tout à fait évaporés, il suffisait de tout réactiver!

Donc non seulement mon niveau s’est amélioré mais en plus je me suis fait des amis avec qui j’échange régulièrement des mails et que je croise une fois ou deux dans l’année!

Pour les rencontres multiculturelles:
conversationexchange.com
Ce site gratuit vous permet de rencontrer des personnes étrangères n’importe où afin de lui apprendre votre langue et d’apprendre la sienne en ayant de simples conversations par FB, skype ou encore mieux: face à face!

Partage et suis-moi ici

R.Mc

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 thought on “Como se dice?

  1. Hi! I’m at work browsing your blog from my new apple iphone! Just wanted to say I love reading your blog and look forward to all your posts! Keep up the great work!

Les commentaires sont fermés.